L'Homme du futur, toujours humain ?

Tout le monde le dira, nous entrons dans l'âge d'or de la science. Téléphones, voitures, électroménager, notre quotidien est peuplé de ces "nouvelles technologies". Mais il y a bien un domaine dans lequel la science a réalisé ses plus grands exploits: la médecine. La chirurgie réparatrice après la première guerre, la première transplantation cardiaque en 1967, la disparition (ou presque) de certaines maladies ne sont qu'un extrait des nombreux miracles de la science. Cependant, aujourd'hui on remarque une augmentation du nombre de décès de personnes attendant une greffe d'organe (93 en 2007 contre 579 en 2014). En 2015, 21378 malades attendaient de recevoir une greffe d'organe et seulement 5746 d'entre eux ont pu en profiter.
Ces chiffres sont donnés par France ADOT (Association pour le Don d'Organes et de Tissus humains) et tu peux même les retrouver ici: Chiffres-Greffes-prelevements.pdf
Greffes d'organes en France

Voilà donc la limite: à l'heure actuelle, malgré la forte demande, on ne peut pas (ou difficilement) remplacer un organe défaillant. Parfois il existe des solutions alternatives comme la dialyse pour parer au mal-fonctionnement des reins, mais on est loin de l'autonomie donnée par la greffe d'un nouveau rein. Mais l'avenir amènera un jour ce qu'il nous manque, c'est à dire des organes artificiels (ça pour le coup j'en suis certain). Ce sera alors l'arrivée des premiers cyborgs (même si le tout premier cyborg est officiellement reconnu depuis 2004 en Grande-Bretagne). Puis peu à peu on passera de la réparation du corps à l'augmentation du corps. On pourrais avoir une meilleure condition physique, des yeux nyctalopes ("Je savais bien que t'étais une salope.") ou encore même avoir des cheveux qui changent de couleur et de forme à souhait. Seulement là commence à se poser une question importante: cela est-il toujours naturel ?

Notre cher Charles Darwin a posé les bases de la théorie de l'évolution. Le principe est simple: si un individu présente un avantage génétique sur le reste de son espèce alors il y a plus de chances qu'il puisse se reproduire, donc faire passer ses gènes dans l'ADN de son espèce. Ainsi de suite au fil des générations l'espèce évolue pour s'améliorer constamment. Evidemment, et ce quoi qu'en disent les créationnistes, l'Homme aussi est le résultat de l'évolution. Cependant, se demander si un humain amélioré est naturel (tu as vu, j'y reviens), c'est se demander si la science fait partie de l'évolution selon Charles Darwin.

Bien évidemment, j'ai envie de répondre que non. Je l'ai dit plus haut, qui parle de la théorie de l'évolution parle d'un changement inscrit dans notre code génétique. Or, une prothèse artificielle ne correspond pas du tout à ce critère (et je pense qu'il y a peu de chances qu'un jour un bébé vienne au monde avec un circuit électrique à la place des yeux). Un Homme, quel qu’il soit, n'est pas et ne sera pas naturellement doté d'améliorations technologiques. Cependant, si l'on vient à remplacer de plus en plus de parties de notre corps au fil de notre vie, et à l'améliorer constamment, alors il arrivera bien un moment où il ne reste presque plus rien d'organique. Du coup, en considérant que l'on garde notre identité et nos souvenirs, somme nous toujours humain ? A part l'aspect physique (et encore on peut pousser le vice encore plus loin) rien ne nous rend semblable aux autres êtres humains. Pour certains, un être humain amélioré pourrais contrôler à souhait ses émotions (cf la vidéo sur le transhumanisme de Dr. Nozman). A mes yeux c'est céder aux pressions de la société et se conformer à elle. On aurait alors une jolie petite armée de cyborgs fait à 90% de métal et n'ayant pas d'émotions inutiles.
Cybermen
Imaginons que l'on arrive à trouver la formule de l'immortalité dans la science, alors nous n'aurions plus aucun intérêt à se reproduire, à avoir des enfants. Ce serait alors la fin de la transmission de notre code génétique à d'autres générations. A partir de ce moment je pense qu'on peux alors dire que l'être humain (l'homo sapiens sapiens) n'existe plus et a fait place à une nouvelle forme de vie (non organique, mais vivante) intelligente.

Et c'est là qu'est la subtilité. L'intelligence de l'Homme lui est propre (ba oui, sinon je ne dirais pas "l'intelligence de l'Homme"). Or c'est cette intelligence qui nous a élevé là où on en est aujourd'hui et qui nous élèvera là où nous serons demain. Elle est le fruit d'une évolution avancée sur des milliers d'années. Et si l'on reprend nos conditions initiales plus tôt, c'est à dire que nous avons toujours la même identité et les mêmes souvenirs, on tient le lien qui relierait un cyborg 90% métallique aux hommes néandertaliens (et plus encore si l'on creuse plus loin). Aujourd'hui on ne sait pas vraiment quelle est la source de l'intelligence et de la conscience. Si tu me dis "Mais si c'est le cerveau, idiot !", je te répondrais que justement non. En réalité, des neurones on en a pas uniquement dans le cerveau mais dans tout le corps (avec, certes, une plus forte concentration dans le cerveau ainsi que la moelle épinière). Mais quoi qu'il en soit, il est plus que possible qu'un jour on arrive à "transférer" une conscience complète dans un ordinateur. Ainsi, avec 0% de tissus organiques humains on garde tout de même notre conscience, nos souvenirs et notre intelligence, résultats d'une très longue évolution. Et ce passage à un corps artificiel s'est fait grâce à l'humain en lui-même (il n'y a pas eu de sources extérieures nous aidant à nous améliorer ainsi). La seule différence est non seulement que pour la première fois l'évolution incorpore des éléments non organiques, mais en plus que l'Homme a choisi lui-même la voie qu'il souhaitait pour son évolution future.

En fait, depuis le début le problème repose sur le fait que l'on ne peut définir ce qu'est "être humain". On peut y réfléchir en pensant qu'être humain est être un ensemble de cellules vivantes permettant de se reproduire pour la survie de son espèce. Mais on peut aussi se dire qu'être humain, faire preuve d'humanisme (pas dans le sens gentil, mais dans le sens soif de savoir) c'est attribuer des qualités intellectuelles à quelqu'un, donc reconnaître que ces qualités sont propres aux Hommes. Personnellement, c'est ce dernier point que je trouve particulièrement intéressant puisque qu'il permet de se détacher de la contrainte physique. Mais pour autant, si un jour un ours commence à faire preuve d'humanisme (ce qui à l'heure actuelle serait très bizarre, je te l'accorde), pourrons-nous dire qu'il est humain ? Si oui, alors on reconnaît que toute espèce vivante est potentiellement humaine (on attend juste que leur humanisme apparaisse), et si non eh bien on ne peut alors pas se détacher de la notion de physique, ainsi un Homme du futur n'ayant plus d'attributs (et je ne parle pas de ses parties) humains ne peut plus être considéré tel quel.

Cependant, pour le moment cela relève de la science fiction. Et le temps où l'on pourra évoluer dans un corps entièrement artificiel est encore loin. Mais aujourd'hui on nous vend déjà la technologie de demain avec des puces implantées sous la peau, des nano-robots pour contrôler nos constantes vitales etc, jusqu'à un jour atteindre à coup sûr un effet de mode. Et à mes yeux c'est le début d'une décadence qui nous mènera à chercher à correspondre au mieux à la société enlevant peu à peu ce qui fait notre individualité (je crois que je vais l'appeler "l'effet Apple"). Alors si l'on veut rester un minimum humains, tentons déjà dans un premier temps de ne pas devenir une armée de clones.
L'armée des clones

Fur Nocte

Read more posts by this author.